Nos programmes de formation

Accompagnement des équipes

Référence formation: 5909

Se confronter à l'autre ne laisse pas indifférent : on est concerné par ce qu'on y vit. Dans ces rencontres, les travailleurs sociaux y jouent quelque chose de leur vécu, de leur propre histoire, de leurs affects. Les rencontres de plein fouet avec la souffrance, la violence, l'étrangeté, la folie... minent et entravent assez rapidement la pensée. Il s'agit donc de rester suffisamment disponible afin d'être accessible à la rencontre qui permet de voir le levier, les compétences, la nouveauté qui permettra au travail social, éducatif... de s'accomplir.

Nous vous proposons de mener et d'animer des séances GAPP (Groupe d'Analyse des Pratiques Professionnelles). Ces ateliers ne sont pas des séances d'écoute mais bien des séances de formation : Elles permettent d'acquérir des outils permettant une lecture plurielle des situations vécues et travaillées en collectif.

OBJECTIFS

Permettre aux professionnels de :
« faire le deuil de la maîtrise et de la toute puissance » - Philippe Perrenoud
prendre du recul par rapport aux situations vécus
engager une réflexion sur leurs pratiques professionnelles
conceptualiser le factuel
adopter une posture professionnelle en adéquation avec leur fonction

 

PROGRAMME DE LA FORMATION

L'intervenant(e) utilise une méthode qui correspond aux origines psychosociologiques du GAPP :

« A partir de maintenant, la première personne qui prendra la parole exposera une situation dont elle a été témoin ou actrice et sur laquelle le groupe va s'entraîner à analyser ».
Des variantes suivant les publics : évocation individuelle, puis sous-groupes (trois à cinq) avec choix d'une situation (ou de deux) et l'animateur choisit ou fait choisir celle sur laquelle on travaillera
(la frustration remplace le silence). Le GAPP se fait en quatre temps + un :

1 – Première phase : l'exposition

La situation : « C'est une fraction temporelle de l'environnement passé d'une ou d'un participant présentant à la fois des caractéristiques objectives et la façon dont il les a ressenties, la manière dont il s'est comporté et qu'il rapporte à des fins d'études par le groupe. Occasion d'entraînement à l'analyse des situations pour le groupe, elle est en plus pour lui l'occasion d'un bénéfice personnel. »

2 – Deuxième phase : l'exploration

Le narrateur reste dans le groupe et répond aux questions dans l'intention de favoriser la (re)construction de la situation par le groupe. Facilitation de l'expression de tous les participants : permettre une prise de parole régulée dans le temps et fluide ; s'appuyer sur des regards afin de réduire, au fil des GAPP, le nombre de ceux qui n'interviennent pas (variante : questions notées dans l'inter-phase) ; reconnaître l'émotion qui émerge, veiller à l'empathie ; relancer éventuellement en restant en zone proximale de développement ; rechercher les sentiments, les pensées, les émotions du narrateur en les considérant comme des faits, des données à élucider.

3 – Troisième phase : l'interprétation

Le narrateur doit se contenter d'écouter les différentes hypothèses ; l'animateur peut suggérer au narrateur de prendre des notes pour préparer sa réaction (cela lui donne une activité qui l'absorbe et lui évite la tentation d'intervenir), aux participants de ne pas s'adresser au narrateur, que ce soit par la parole ou le regard. L'hypothèse est ce qui est littéralement « posé en dessous » et c'est ce que demande l'animateur : faire des hypothèses au sens commun du terme. Il s'agit de s'entraîner en vue de comprendre l'hyper-complexité et de l'approcher sans la dénaturer. Le groupe ne cherche pas « la » vérité, ni même une vérité, il cherche à développer ses compétences individuelles et collectives de « déconstruction » d'une situation. L'animateur veille à cette élaboration.

4 – Quatrième phase : la réaction

Le narrateur retrouve la parole et son bien, la situation et ses émotions, il se réinscrit dans son histoire, parole qu'il a suspendue le temps de l'écoute du groupe. Le rôle de l'animateur : rappeler que, par la suite, plus personne ne sera habilité à recommencer le travail sur la situation qui n'a été prêtée que pour en faire une occasion d'entraînement, même si elle peut être évoquée dans le cadre d'une réflexion sur ce qui s'est passé.

5 – Le Méta-GAPP

Le but du Méta-GAPP est d'analyser ce qui s'est passé dans le GAPP pour accélérer un double développement des compétences (enchaînements dans l'exploration et l'interprétation) et des connaissances (savoirs de référence). Clore le travail et restituer la situation au narrateur ; veiller à ce que tout le monde bouge ; permettre au groupe de se reformer dans une perspective de travail renouvelée ; réfléchir sur ce que l'on a fait en GAPP ; repérer les acquis dans une intention de méta-cognition ou en vue de recherches ultérieures.

 

DUREE

La durée de l'intervention est à définir en fonction de vos objectifs.
Si possible, les rencontres durent 3 heures, avec un espacement de 2 à 3 semaines.

PUBLIC

Tout personnel social ou accompagnant

Pré REQUIS

Aucun

EVALUATION 

Auto-évaluation de positionnement par entretien ou questionnaire.
Auto-évaluation des acquis de la formation par questionnaire amenant à une réflexion sur un plan d'actions.

PEDAGOGIE

Exposés théoriques, échanges entre professionnels.
Tour de table et recours à l'observation ciblée.
Analyse de situations.
Nous travaillons sur la dynamique ARTA : Action – Réflexion sur l'action – Théorisation – Action.

 

TARIFS

Intra-muros en France entière
200€ par heure pour un groupe ≤8 stagiaires puis +10€ par stagiaire supplémentaire
+ frais de déplacement selon lieu

 

PDF Formation
PDF
Formation
Tarifs et calendrier
Tarifs et
calendrier
Demander un devis
Demander
un devis
Contact
Contact